Le petit marchand de citron

Publié le par Lionel Droitecour

Fernand Pelez (1848-1913), Le petit marchand de citron

Fernand Pelez (1848-1913), Le petit marchand de citron

Pour marquer les quatre années d'existence de mon blog,
chaque jour de mars 2018, je publierai deux poèmes,
le second étant une réédition de l'un de ceux publiés en mars 2014.
Le choix de ce dernier sera celui du cœur...
Découverte aux hasards de mes pérégrinations sur le web, l'oeuvre de Fernand Pelez m'a beaucoup touchée, au point de m'inspirer plusieurs poèmes. Ce "petit marchand de citrons", transi de froid, particulièrement pathétique, est l'un d'eux.

( Inspiré de Fernand Pelez )

Le petit marchand de citron
Qui tient dans sa main le fruit d’or,
Triste, have, maigre et souffreteux,
Semble un oiseau tombé du nid.

L’enfance pour lui est déni,
Son galurin calamiteux,
Les loques qui couvrent son corps
Et le froid qui fige son front ;

Tout, en lui, clame la misère.
En son âme est-il une fleur,
Un espoir, un rai de lumière,

Quelque éclat pour ce pauvre cœur ?
Dans son regard, humble prière,
Geint la supplique du malheur.

juin 2012

 

Publié dans Citoyen

Commenter cet article

alain l. 21/03/2018 07:53

Bonjour Lionel ...

Merci pour la découverte de Fernand Pelez ...

@t
alain

Lionel Droitecour 25/03/2018 12:33

Étrange artiste en effet que ce Fernand Pelez, contemporain des impressionnistes. confronté au développement de l'art photographique il répondit à sa manière au défi posé à l'art figuratif en montrant l'in-montrable.
En tout cas ce qu'il était le seul à montrer, me semble-t-il. Et qui y ruina sa vie et sa carrière.