Les môles

Publié le par Lionel Droitecour

... Ce drôle, épaule contre épaule farandole, moi j’en ai ras le bol et me joue des guibolles …

... Ce drôle, épaule contre épaule farandole, moi j’en ai ras le bol et me joue des guibolles …

Pour marquer les quatre années d'existence de mon blog,
chaque jour de mars 2018, je publierai deux poèmes,
le second étant une réédition de l'un de ceux publiés en mars 2014.
Le choix de ce dernier sera celui du cœur...
Voici, sans camisole une drôle de farandole : tout le monde n'aime pas ces
simples jeux sonores où le sens disparaît derrière la volte sans révolte. Quoique...
Il ne s'agit, après tout que de faire naître un sourire, émotion première.

Molle baie où l’abbé là mettait le bémol,
Qu’au dièse on disait aise en diérèse s’immole.
C’est ainsi qu’amoncelle icelle qui s’étiole,
La folle damoiselle, elle dont on raffole.

L’idole adule à Dôle édile qui s’y colle
Que dalle en ce dédale a dit lady au dol
Aux cales qui racole au môle et puis s’enrôle :
Lasse de l’incartade, hélas, elle convole.

Ces dus indus : quitus ! Dadais gardez l’obole
Qu’aux lobes bilobés le bonobo s’isole,
Qu’on s’en désole ou râle son rôle s’étiole.

Bientôt la camisole, au sol, et, cas d’école,
Ce drôle, épaule contre épaule farandole,
Moi j’en ai ras le bol et me joue des guibolles…

août 2008

Publié dans Calembours

Commenter cet article

tipoum 11/03/2018 19:43

il est plein de jeux de sons

LADY MARIANNE 11/03/2018 11:12

une farandole folle --- on y perd son latin !!
bonne journée si possible- bises-