Bulería

Publié le par Lionel Droitecour

 José Monge Cruz (1950-1992), dit Camaron de la Isla

José Monge Cruz (1950-1992), dit Camaron de la Isla

Ce râle à fleur de cri, cette mélopée sèche
Evadée de l’instant ; la guitare qu’on frappe
Et ce carcan de rythme impulsant le mystère
D’un chant dessous l’azur épuisé de misère ;

Le claquement des mains effrénées de musique
Et cet élan d’un cœur épousant la mystique
Où l’âme se confond, comme vin de la grappe,
À la matière écrue contre notre peau rêche ;

Et puis enfin la plainte au souffle qui s’émeut,
Comme pris à témoin le verbe se déclame,
En la verve excédée où la voix le proclame ;

Et puis la danse, enfin, comme couronnement
Longuement contenu, où la forme se meut,
Qui étonne l’éther en son foisonnement.

novembre 2010

Publié dans Musique

Commenter cet article