Ultime contrejour

Publié le par Lionel Droitecour

Ultime contrejour

Un glas vient de sonner plus fort en mes contrées,
L’air a fraîchi, soudain, elle a fuit, la fauvette,
Et l’ombre se dessine aux lisières des pins.

Le crépuscule, en l’aube, a déjà ses confins,
Ce qui de nous s’écoule est une onde muette
Et chaque jour s’épuise au mitan des marées.

Mais cela, bien longtemps, nous demeure indistinct,
Porté par le courant, stupide, on s’illusionne,
On croit se maintenir a flot tant qu’on écope.

Mais le muscle fléchit, peu à peu il achoppe,
Notre pratique meurt où elle fanfaronne,
Débâcle en la cohue que l’on nomme destin.

Car le mal en son antre aiguise son épée,
Il frappe dans le dos et prospère en silence,
Mortellement blessé, on n’est plus qu’une faille.

Lors on se traine, amer, sur le champ de bataille,
Et la sape commence où se pense l’absence
En un corps qui comprend que sa joie fut trompée.

Les minutes s’égrènent, tuent notre vigueur,
Et l’élan s’amenuise au fur et à mesure,
On termine sa vie en glissant sur son erre.

Et le flot lentement nous glace et nous enferre,
Coque bientôt crevée que le naufrage épure
En l’abîme entrouvert et sa molle rigueur.

Je n’ai d’autre espérance, avant la fin du jour,
Que ce grand calme offert au défaut de ma stance,
Où fut le contrechant de ma pâle illusion.

Et pour finir gésir en l’ultime vision,
Pacifié, sans ego, dans le soir en errance,
Fragrance inaboutie au dernier contrejour.

juin 2014

 

Publié dans Fongus

Commenter cet article

LUMA 16/08/2014 19:09

Hello,

Trés beau contre-jour..
Je suis sensible à l'image ..J'aime la photo.
Mais je suis aussi sensible aux mots malgré que je SOIS moins habile que toi pour les sculpter,les mettre en harmonie et je comprends trés bien à quel moment tu as écrit ce poème .Trés touchant .Ci-joint une photo prise au Spitzberg:lumineuse...
http://www.mediafire.com/view/gbc9a0vt3cvx6jt/Diapo235.jpg

Luma