Ardents, libres et droits

Publié le par Lionel Droitecour

À Mikael M., en d'autres contrées

À Mikael M., en d'autres contrées

Le compagnon de route a déserté l’appel.
Non pas qu’il soit tombé ou bien se soit perdu,
La vie qui bifurquait l’emmène en d’autre landes :
Nos forces dispersées chercheront ondes vives.

Nous fûmes dans la lutte, ami, joyeux convives,
Et nous avons battu le grain de nos offrandes,
Modestes, dans le jour, notre verbe éperdu
Doublant la même rime au déchant fraternel.

Et de même tablée nous resterons, je crois,
Nous lèverons le poing chacun de son côté
Maudissant l’injustice et renâclant toujours.

Et puis dans le couchant, aux humbles contrejours
L’un de l’autre le signe, en l’horizon, porté,
De tout ce qui nous tient ardents, libres et droits.

juillet 2012

Publié dans Amitié

Commenter cet article

Ironbird 12/10/2014 10:23

Ah, c'est beau... Je me fais l'effet d'être un petit marmot devant le Panthéon où l'ossu erre, avec mon bonnet de matelot, mon ballon rose gonflé à l'hélium et mon petit révolver en plastique à la ceinture, béat devant ces figures mythiques de la lutte sociale, me sentant un peu un bleu, voire carrément humble ! :-)

Ironbird 12/10/2014 11:05

D'ailleurs ne dit-on pas "semez-vous les uns les autres" ? :-D

Lionel Droitecour 12/10/2014 10:26

Allons, allons, Claudius, tu es de ceux qui sèment et qu'on aime pour cela...

damiax 10/10/2014 08:12

Pouaaaa ... ça fait flipper ... on dirait qu'il est mort ...

Bibifricotin 12/10/2014 18:07

Mais non, mais non cher Damiax ! Même si je t'accorde que l'exercice fait effectivement un peu flipper, je ne suis pas encore (tout à fait) mort.
Et je tiens à préciser tant que j'y suis, qu'il n'y a place ici pour nulle "égolâtrie" en ce qui me concerne. Pour une fois au diapason de votre propos (réponse à l'ami Lionel), juste l'envie de consacrer à l'amitié par ce biais, et peut-être qui sait, avec l'espoir de rester ainsi un tout petit peu présent... Biz fraternelle à vous !

damiax 11/10/2014 10:47

Il ne m'appartient pas de brider le geste et l'élan artistique ... Du coup je te laisse ton entière liberté de composition et de publication ... Sans compter l'immense honneur de me retrouver muse ... ;)
Bon week-end, prends soin de toi et à vite !

Lionel Droitecour 10/10/2014 10:01

Partir, c’est mourir un peu, non ?
Mourir au présent, puisque deux présents disjoints par la distance ne se recoupent soudain plus, sauf bien sûr en ce qui nous unit par le cœur.
D’ailleurs Mikael m’a dit se sentir honoré de sa présence virtuelle entre ses pages. Car comme tu t’en doutes bien, je ne me suis pas permis de le coucher dans mon ossuaire à idées sans lui demander, au préalable son autorisation.
Je crois d’ailleurs me souvenir que j’ai écrit quelque chose qui parle de toi. Es-tu d’accord pour figurer ici, épinglé comme il se doit dans ma collection d’entomologiste dix dingues gais ?