Jadis

Publié le par Lionel Droitecour

Floue et surexposée, comme le souvenir...

Floue et surexposée, comme le souvenir...

Tu appelles, je sais, toujours mon cœur attend,
Il t’entend chaque jour, malgré le poids des ans,
Petite fée, jadis, évadée dans le temps.

L’illusion de ta voix, calme au chevet du vent,
Délavée par les pluies, me songe, au firmament,
Et m’apporte tes dons, que j’invoque, souvent.

Dès lors ma plume court... Tel un Pierrot d’antan
Sur tes pas je viens naître, muse au cœur charmant,
Brève lueur dissoute en mon jardin d’enfant.

avril 2007.

 

Publié dans Autobiographie

Commenter cet article

Ironbird 06/11/2014 18:00

Ah... Magnifique, dans la droite lignée de "La révélation"... Grâce à toi nous partageons un peu la brève apparition de cette petite étincelle de vie qui a su allumer en ton cœur ce grand brasier d'Amour et de poésie, de nostalgie, aussi, car il est dans notre nature humaine de rêver d'un monde que nous devons connaitre et dont nous gardons l'empreinte en nous...

Ironbird 11/11/2014 20:52

Lorsqu'on est entouré de belles et nobles choses elles déteignent un peu sur nous, ainsi en va-t-il de tes textes sur le lecteur ! :-)

Lionel Droitecour 06/11/2014 18:23

Tu es décidément un lecteur précieux, mon cher oiseau de fer.