Lu ce libelle

Publié le par Lionel Droitecour

Lu ce libelle

Le grand poète, à petits mots
Déverrouillera le langage
À petits vers, à contre rime,
Pourvu qu’il ne soit point trop sage.

En matamore du verbiage
Absurdement il trace et trime
Accumulant en son bagage
Libelles en rythmes jumeaux.

Tomberont en son escarcelle
Une parcelle, ou un blasphème,
Un aphorisme, une litote ;

En cette tête de linotte
Calembour est un théorème :
Muse s’y muse et l’ensorcelle.

février 2011

Publié dans Art poétique

Commenter cet article