Boulevard des allongés

Publié le par Lionel Droitecour

... Marbres gravés, croix, monuments, Stèle effacée, grilles rouillées ...

... Marbres gravés, croix, monuments, Stèle effacée, grilles rouillées ...

En pédalant ou bien à pied,
Jour après jour, cahin-caha,
Je suis encor du bon côté
Du boulevard des allongés.

Je longe, longe le muret
Pierres tombées, pierres tombales,
Marbres gravés, croix, monuments,
Stèle effacée, grilles rouillées…

Je suis encor du bon coté,
Mais pour combien, combien de temps ?
Un jour j’irai les pieds devant

Au paradis des chrysanthèmes,
Requiescat, miserere
Après un dernier anathème.

juillet 2007

Publié dans La camarde

Commenter cet article

Ironbird 17/11/2014 21:12

Ah ! Encore la magie de ta poésie, du coup j'ai envie... d'aller flâner dans un cimetière, m'imprégner du sentiment de l'éphémère et des "pierres tombées, pierres tombales, marbres gravés, croix, monuments, stèle effacée, grilles rouillées…" C'est grave, docteur ? :-)
Mais je te rassure, rien de morbide dans tout cela, simplement un désir de regarder avec tendresse et sérénité, d'essayer de comprendre ce qui nous pousse à entretenir le souvenir, raviver la souffrance et chercher l'étincelle dans des cendres désormais inertes...

Lionel Droitecour 17/11/2014 22:34

Pour ce qui est de flâner entre ces pages, mon cher Claude, permet-moi de te recommander la page "Album". Elle compte actuellement 24 folios de 12 imagettes dont chacune est cliquable et te renvoi vers un poème non plus sur la base d'une thématique, mais d'une illustration...
Et tu as sans doute remarqué que j'apporte un soin particulier au rapport du texte et de l'image.
Bonne ballade !