Egotisme

Publié le par Lionel Droitecour

Vincent van Gogh, (1853-1890), l'Arlésienne, détail

Vincent van Gogh, (1853-1890), l'Arlésienne, détail

J’ai fait le tour de moi, c’est bon, j’en ai assez,
Passons à autre chose, il suffit de ces rimes,
De ces macérations aux matières intimes,
De la déréliction d’un cœur cadenassé.

Mais de quoi parlerai-je où cet ego s’arrête ?
Je ne sais que jeter, partout où vont mes yeux,
La grisaille et l’ennui de mon désir verbeux,
Volutes, comme sont fumées de cigarette.

Hors de ce que je suis tout paraît en suspend,
Imparfaite, ma gamme, en ce bruit décevant,
N’apporte rien de plus dans le vacarme ambiant.

Ambivalent, je suis ce trop pâle mendiant,
Ma sébile, drossée au hasard par le vent,
Comme un errant amer, vague dans son arpent.

décembre 2011

Publié dans Art poétique

Commenter cet article