En l’infini, peut-être

Publié le par Lionel Droitecour

Luca della Robia, (1400-1481), portrait d'une dame

Luca della Robia, (1400-1481), portrait d'une dame

Tu m’as dit ce secret qui pesait sur ton âme
Et je suis resté coi, un instant, interdit,
Cherchant le mot, enfin, propre à te consoler,
Un viatique où se puisse une sente tracer.

Il n’est rien en nos vies que l’on sache effacer,
Le mal, toujours, en nous, tente de convoler ;
Là bas, sur l’horizon, ce que le cœur en dit
Et puis la dignité comme, au brasier, la flamme.

Et tout ce qui se cache sous le verbe aimer,
De doute, d’abandon, de crainte et de désir,
Et le sens, en nos mains, fuyant comme ruisseaux.

Larmes sont nos espoirs, coulées à grandes eaux :
Que sera ce destin, sous le ciel, à gésir
En l’infini, peut-être, où nous irons germer ?

juillet 2012

Publié dans Résilience

Commenter cet article