Au chevet d’amitié

Publié le par Lionel Droitecour

... Il y eut la bonne table et les fruits de la terre ...

... Il y eut la bonne table et les fruits de la terre ...

Il y eut la belle table et les fruits de la terre,
Un peu de vin, aussi, parfumant nos haleines,
Ces mots tant de fois dits où fusent nos humeurs,
La présence, en nos mains, de nos anciennes rives.

Nous avons devisé aux communes dérives,
Nous avons cheminé aux antiques rumeurs,
Nous avons composé nos futiles antiennes,
Comme aux ciels de jadis, en courant sur notre erre.

Le temps, bien sûr, nous a floué de sa coutume,
Pareil à la seconde un jour parfois s’enfuit,
Nous sommes séparés dans l’année qui nous ment.

Mais nous reverrons-nous, avant le firmament,
Au chevet d’amitié qu’un vain rêve poursuit
Mes vieux parents creusois dont l’amour se consume ?

août 2013

Publié dans Nostalgie

Commenter cet article

Avisferrum 26/04/2015 08:18

Beau poème sur la beauté éphémère de nos instants de partage (convivialité, on dit maintenant) et l'impermanence des choses...

Lionel Droitecour 26/04/2015 10:30

À vérifier, mais je crois dans les cultures du Maghreb, on dit que la nostalgie est une chienne. Elle vient à toi, caressante, puis finit par te mordre le cœur.
D’où l’impérieuse nécessité de vivre en plénitude ces moments fugaces où le corps et l’âme sont en en libre harmonie.
C’est si rare, partant, si précieux...