Dans l’infini ouvert

Publié le par Lionel Droitecour

... Chrysalide rompue, en ce corps extirpé, l’être s’en vient renaître au déchant d’une gamme ...

... Chrysalide rompue, en ce corps extirpé, l’être s’en vient renaître au déchant d’une gamme ...

Elle nous met en cause, intime, la musique,
Et se lève soudain dans le chevet de l’âme,
Ainsi qu’une bourrasque, une tempête heureuse
Qui vient bouleverser le sentiment humain.

Ou bien, comme de l’eau qui coule sur la main,
Fraiche dans le mitan où la ride se creuse,
Elle vient consumer comme une tendre flamme,
Le cœur tout dénoué de son orbe tragique.

Oh, ce n’est qu’un instant fugacement tracé
Au souffle qui l’espère et contient en sa trame,
Rien de plus qu’un acmé aussitôt dissipé
Dans l’apogée songeur où son manque nous traque.
 
Lors une gangue obscure, en nous, lentement craque,
Chrysalide rompue, en ce corps extirpé,
L’être s’en vient renaître au déchant d’une gamme,
Dans l’infini ouvert qui le tient embrassé.
 
décembre 2014
 
L'Art de la Fugue est une urgence, pour chaque instant

L'Art de la Fugue est une urgence, pour chaque instant

Voici l'interprétation qui me fit découvrir, il y a près de 40 ans, cet indispensable chef d'oeuvre...

Publié dans Musique

Commenter cet article

Avisferrum 27/03/2015 17:20

Merci pour les explicitations, le lien Wikipedia est également intéressant.
On comprend mieux le génie du compositeur car si ses œuvres paraissent couler de source au néophyte (dont ton humble lecteur) ce sont en fait des architectures musicales très complexes et élaborées !

Avisferrum 27/03/2015 17:25

Ça y est, j'ai compris, il fallait faire "répondre" à mon propre commentaire... Du coup je vais le faire pour rétablir l'harmonie dans ces écrits, c'est le moins qu'on puisse faire pour commenter une œuvre du Maître !
PS : enfin n'empêche qu'un nouveau commentaire devrait se mettre APRÈS les anciens, je persiste et signe ! :-)

Avisferrum 27/03/2015 17:22

Bizarre que mon nouveau commentaire se soit positionné avant l'ancien, le choix "répondre" ne figurait pas à coté du tien...Encore une facétie de la Matrice, sans doute...

Avisferrum 26/03/2015 20:14

Merci de nous faire découvrir cette œuvre du maître JSB !
Pourquoi s'appelle-t-elle "L'Art de la Fugue" la fugue est-elle un certain genre musical bien défini ?
PS : tiens, on ne me demande plus si je suis un robot, y'a du progrès !

Lionel Droitecour 26/03/2015 22:09

La fugue est une forme d'écriture musicale complexe et fort savante assez difficile à résumer en peu de mots.
Elle est à l'origine fondée sur le principe du canon, dont le modèle est le fameux "frère Jacques" de notre enfance.
Bach a porté cet art à son point de perfection. Même si les musicologues de nos jours en débattent encore, l'Art de la fugue serait sa dernière œuvre, laissée inachevée. C'est une sorte de testament musical qui s'interrompt brutalement en plein milieu d'une fugue monumentale, à trois sujets ( trois thèmes musicaux ).Le dernier d'entre est formé par les 4 notes : si, la, do si bémol. 4 notes qui transcrivent le nom de Bach, puisque les anglo-saxons utilisent des lettres pour nommer les notes de musique.
Et s’est précisément au moment même où ce thème apparait que la fugue se détricote, douloureusement, laissant le mélomane orphelin de cette œuvre géniale...
L’un des fils de Bach, Karl Philip Emmanuel a porté à la main ces mots sur le manuscrit :
« Sur cette fugue où le nom de BACH est utilisé en contre-sujet, est mort l'auteur ».
Mais il semble que cette histoire un peu trop édifiante soit controversée, de nos jours. Suivre ce lien pour plus d’infos :
http://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Art_de_la_fugue