Pierrot de pacotille

Publié le par Lionel Droitecour

Paul Legrand (1816–1898) en Pierrot, par Gaspard-Félix Tournachon (1820-1910) dit Nadar

Paul Legrand (1816–1898) en Pierrot, par Gaspard-Félix Tournachon (1820-1910) dit Nadar

Je respire, profonde en ma rime loquace
La fragrance du jour ouvert en l’aube grise,
Ma prébende de mots ici trouve sa trace
Où je suis ce rêveur dont le verbe se grise.

Oh, solennelle étreinte où la muse m’invite
Au redan de l’aurore empli de nos discours,
Je courbe mon échine - elle dicte si vite,
Et parfois je me perds en sa verve au long cours.

Mais elle est bonne fille et souvent prend la pause
Et ma main qui griffonne attrape l’ingénue :
Si je l’embrasse ici, c’est pour la bonne cause.

Nous volons à l’éther un peu d’éternité,
Pierrot de pacotille en ma lune ténue
Je suis l'humble écho de sa versatilité.

avril 2012

Publié dans Art poétique

Commenter cet article