Innocent

Publié le par Lionel Droitecour

Martien Coppens (1908-1986), garçon de Veldhoven, 1943

Martien Coppens (1908-1986), garçon de Veldhoven, 1943

« Vas-tu bientôt cesser de rêver ! » Dit la mère.
Les yeux vagues, l'enfant la regarde puis pense,
Infiniment bercé par un vaste silence,
À l’étoile, là-haut, dont il fait sa monture.

Il sourit à nouveau à sa mère qui jure
Et secoue l'innocent, levant les bras au ciel.
« Vas-tu bientôt cesser de bâiller aux corneilles,
Remue-toi, bouge-toi voyons ! » Lui dit le père.

Mais l'enfant indolent se tait et désespère
Ses géniteurs pressés de le voir accomplir
La tâche où il y aurait un cœur à refleurir ;

Tant d’écoute à offrir, sans souci de l'instant,
Partagés dans l'amour, aux courbures du temps…
« Mais cesseras-tu de rêver ! » lui dit la mère.

Janvier 1992

Publié dans Résilience

Commenter cet article

Luma 04/06/2015 08:45

Trés beau...

Continuons à rêver ,c'est ce qui nous fait humain, vivant par opposition au robot au service de
l'économique (l'homme économique ) qu'on nous pousse à devenir ....

Avisferrum 04/06/2015 07:24

C'est vrai que le monde est pressé d'amener l'enfant en sa triste norme... L'extraordinaire et le rêve sont certes tolérés - voire encouragés - mais c'est nos Maîtres qui donnent le la et remplacent les visions innocentes et somme toute réelles de l'enfant par des mondes fantasmagoriques où le glauque n'est jamais trop loin.
Dès le départ on lui bourre le crâne pour l'amener là où il faut, si ça ne suffit pas les vaccins feront le reste...