Nulle prudence

Publié le par Lionel Droitecour

Nulle prudence

J’ai, une fois de plus, empanaché ma rime
Du jeu sans prétention, sonore redondance,
Des calembours abscons d’homophone facture.

Je gribouille, je trace et souvent je rature,
C’est ainsi, cœur distrait de sa propre abondance,
Que je lime rimaille au chevet de l’intime.

Ne me cherchez des poux, cela n’est pas un crime !
Mais la réminiscence, où n’est nulle prudence
Des joutes de l’enfance en sa douce nature.

avril 2015

Publié dans Art poétique

Commenter cet article

Luma 29/08/2015 18:26

Jaime ...

"Je gribouille, je trace et souvent je rature,
C’est ainsi, cœur distrait de sa propre abondance,
Que je lime rimaille au chevet de l’intime."

Bravo à la gris-bouille...
Le chat -plin ou chat -plein , est trés bien aussi ..Miaou ou mi-aille -ouille!