Sûr de l’erreur

Publié le par Lionel Droitecour

... Puis voici qu’on prend un parti, sûr de l’erreur, sombre et maussade ...

... Puis voici qu’on prend un parti, sûr de l’erreur, sombre et maussade ...

C’est quelque chose d’indistinct,
Sentiment d’un vague tempo,
Scrupule, écharde sous la peau,
En nos mains le doute incertain.

Et le corps gîte à l’immobile,
Comme le mâtin en arrêt,
Humant le vent, désemparé,
Inerte enfin, presque inutile.

Puis voici qu’on prend un parti,
Sûr de l’erreur, sombre et maussade,
Dans le court instant imparti.

Un destin se décide ainsi,
Au cœur changeant d’une passade
Où l’homme s’enferre, indécis.

janvier 2015

Publié dans Sensation

Commenter cet article

Avisferrum 25/09/2015 17:54

Beau poème, il décrit les décisions que doit prendre un homme dans sa vie parfois à son corps défendant ?