Adresse

Publié le par Lionel Droitecour

... Ils entrouvriront mes mémoires dans le dessin que font ces moires ...

... Ils entrouvriront mes mémoires dans le dessin que font ces moires ...

1.
Mes enfants on peur de ces mots,
Crainte du secret de mes maux,
Et de cette détresse intime,
Au chant secret de ma déprime.

Pour eux, pourtant, j’écris ces vers,
Prométhée en son dol pervers,
Ils n’osent trop se rapprocher,
Me laissant seul sur mon rocher.

Bien sûr je ne leur en veux pas ;
Il ont besoin de mon trépas
Pour commencer chemin vers moi.

Ils sauront un jour mon émoi
Tantôt, aux sentes de vieillesse,
Dans l’au-delà de la tendresse.

2.
Ils entrouvriront mes mémoires
Dans le dessin que font ces moires,
Au bruissant murmure des arbres
Quand je serai dessous les marbres.

Mon cœur frémira sous leur peau,
Ainsi jadis sous mon appeau,
Au sel amer de ces journées
Où doute rongeait mes fournées.

Eculés, tous mes calembours,
Autant, le chant de mes amours,
Tels, ces échos, maintes rumeurs,

Diront, charroi de mes humeurs,
Comme je pansais mes blessures
Naguère, aux temps de mes froidures.

mai 2010

Publié dans Autobiographie

Commenter cet article

Avisferrum 10/10/2015 10:54

Joli poème, qui aborde un fait souvent avéré : il est pour beaucoup d'humains plus difficile d'exprimer leur amour à un vivant qu'à un désincarné !
Comme si une espèce de pudeur, de timidité nous empêchait d'exprimer notre affection, amitié ou même amour à l'autre (même si je me méfie de ce mot "amour" qui souvent n'est qu'une forme d'attachement)
Les gens pourraient être gênés, ou mal à l'aise, ou, ou.....
Notre éducation (parents mais aussi société) doit être en grande partie responsable de cet état de fait, notamment celles des garçons (un garçon ne pleure pas, doit être fort etc.) mais aussi notre petit "moi" dont la nature profonde est d'être séparé...

Luma 06/10/2015 20:46

Trés bien cette photo...

Tes enfants ressentent trés surement tes maux sans tes mots ...et trouveront aussi plus tard l'héritage dans ces mots mis en vers...

Ils ont beaucoup de chance !

A bientôt cher Lionel.

LADY MARIANNE 06/10/2015 14:01

ho non c'est trop triste !!
ça date de 2010, depuis tu n'as pas changé d'avis ?
les paroles s'envolent les écrits restent-
bonne journée !! mes pensées---

flipperine 06/10/2015 13:11

les enfants veulent des souvenirs

Lionel Droitecour 06/10/2015 13:22

Sans doute, chère flipperine...
C'est pour cela que nombres de mes poèmes sont des souvenirs. Ainsi mon "Arbre du vent", ainsi les tags "souvenirs" et "autobiographie" de ce blog.
Mais plus généralement ils infusent d'une manière ou d'une autre tout ce que je publie en ces pages.
Les neuf muses ne sont-elles pas filles de Mnémosyne ( la mémoire ) ?