Haut fond

Publié le par Lionel Droitecour

... Rien de plus qu’en cette onde, un instant s’agiter, sur l’aube d’une roue promise à chavirer ...

... Rien de plus qu’en cette onde, un instant s’agiter, sur l’aube d’une roue promise à chavirer ...

En avant, calme et droit, songeuse sous la brise,
Mon âme, vient saisir cette étrange corolle,
Cette fleur insolente et douce parabole
Dont ma proue se console, aussi parfois se grise.

Il est en les embruns un parfum de musique
Au battement des mers où frappe mon étrave
Et le sourd grondement de ma quille au rivage
Qui conte, sur l’agrès, le chant d’une harmonique.

Exister en cela, dans cette vibration
Que l’archet sur la corde nue semble expirer,
Sillage, qui poursuit ma vaine embarcation.

Rien de plus qu’en cette onde, un instant s’agiter,
Sur l’aube d’une roue promise à chavirer,
En ce haut fond d’absence où m’en irai giter.

mai 2012

Publié dans Marine

Commenter cet article

Avisferrum 10/10/2015 14:44

"En une époque où il y avait bien peu de disques à la maison, avant que je n'ai découvert la musique, parmi les rares trente trois tours hérités de mes frangins il y avait un opus de ce groupe..."

Waldo de Los Rios en faisait partie ? :-D

Avisferrum 10/10/2015 10:24

Beau poème, le bateau à roues me fait penser à la jolie chanson "Un Grand Frère" de Gildas Arzel, hommage au groupe Creedence Clearwater Revival et inspiré (entre autres) par une de leurs chansons "Proud Mary"

Et un jour une voix plus forte
Que la voix de mon père
M'a emporté plus haut que la terre
Et ces mots que je comprenais
On m'a dit que c'était de l'anglais
Alors j'ai inventé un grand frère

C'est dans mes rires
C'est dans mes larmes
C'est un bateau à roue
Qui emporte Mary
C'est dans mes rires
C'est dans mes larmes
Il emporte Mary
Sur le Mississipi

On m'a dit quand tu seras grand
Tu changeras avec les vents
Il y aura d'autres choix dans ton coeur
Et on m'a dit que souvent
Les voix se taisent avec le temps
Mais j'entends toujours chanter le grand frère

Il viendra me voir tous les soirs
Tant que je voudrai y croire
As Long As I Can See The Light

Lionel Droitecour 10/10/2015 14:14

De claires eaux...
Merci, mon cher Avis, pour ce beau tir groupé de commentaires du 10/10...
Je te réponds ici car, vois tu, tu fis remonter en moi un souvenir perdu en me parlant de Credence Clearwater Revival.
En une époque où il y avait bien peu de disques à la maison, avant que je n'ai découvert la musique, parmi les rares trente trois tours hérités de mes frangins il y avait un opus de ce groupe...
Et un titre que j'écoutais en boucle. Ne me demande pas pourquoi... Peut-être pour la longue section instrumentale qu'il contient.
« I put a spell on you ». En ce temps, je ne comprenais pas un mot d'anglais et cela ne signifiait rien pour moi.
La fascination n'était alors portée que par les notes de musique...
A retrouver ici :
https://www.youtube.com/watch?v=xeXqtzusIU0

flipperine 03/10/2015 18:04

un beau poème

flipperine 03/10/2015 18:04

un beau poème

LADY MARIANNE 01/10/2015 13:08

votre blog est bien construit et intéressant-
pas comme le mien- j'espère que vous allez pour le mieux ce jour-
amitiés Audoises-