Vil goujat

Publié le par Lionel Droitecour

... Les quatre roues motrices piaffent, le butor en son carrosse râle et klaxonne, rageur ...

... Les quatre roues motrices piaffent, le butor en son carrosse râle et klaxonne, rageur ...

Ca ronfle, ça vrombit, ça pulse une musique :
Monsieur plein de pognon s’épate dans sa caisse.
Au feu rouge il attend, ulcéré par l’ennui,
Derrière le biclou d’un vieil aux cheveux blanc.

Sur le porte bagage un siège, et, le comblant,
Un marmouset joli, comme en un ciel, la nuit
Point l’astre du matin en sa pure promesse.
Le feu verdit, bientôt, grand-père, flegmatique,

Tranquillement, cahin-caha, pense à partir.
Les quatre roues motrices piaffent, le butor
En son carrosse râle et klaxonne, rageur.
Il y eut en cet instant, net en chaque regard,

Palpable à le toucher, un cercle sans égard,
Dont le centre était ce gros cornard tapageur ;
Tel le vent de l’émeute, en ressac dans ce port,
Une communauté outrée prête à l’anéantir.

Le vil goujat sembla se métamorphoser
Derrière son volant, figé par la terreur ;
Où plutôt par la peur que la moindre éraflure
Ne vienne égratigner sa précieuse bagnole.

Il n’y eut en ce lieu d’échange de parole,
Puis, tout se dénoua. Sans un bruit la voiture
Lentement démarra, et, calme, sans fureur,
Un poète songeur se mit à composer.

juillet 2015

Publié dans Souvenirs

Commenter cet article

Avisferrum 12/11/2015 21:02

Mais enfin, cher Lionel, cet homme voulait juste essayer le klaxon dans son beau véhicule tout neuf, un réflexe tout à son honneur en ces périodes de sécurité routière exacerbée... Ou alors c'était peut-être David Hasselhoff dans sa mythique K2000 ?
Ouah, veinards, heureusement qu'il n'a pas utilisé son rayon de la Mort qui pulvérise plus fin que ce qui reste de nos salaires en fin de mois ! :-D

Luma 12/11/2015 16:18

Joli ,joli .., ce texte ronfleur, vombreur, ...sous le regard d'un vieux biclou. aux cheveux gris ..et qui se termine par une belle chute :

"un poète songeur se mit à composer ".