Christkindelsmärik

Publié le par Lionel Droitecour

... On y respire la cannelle, les gaufres, le vin chaud, le sucre et le plaisir ...

... On y respire la cannelle, les gaufres, le vin chaud, le sucre et le plaisir ...

1.
Le Christkindelsmärik, en décembre, à Strasbourg,
C’est le marché de la noël, de ses saveurs,
De ses décors. On y respire la cannelle,
Les gaufres, le vin chaud, le sucre et le plaisir.

Certes, les mercantis cherchent à nous saisir,
L’argent s’épanouit en chaque ritournelle ;
Mais l’enfance, toujours, y porte ses candeurs
Et nos âmes vieillies y battent leur rebours.

Me revient ce marmot, pas plus haut qu’une botte,
Qui me dévisageait, n’en croyant pas ses yeux.
Sur sa lèvre j’ai lu, ou plutôt deviné

Les mots qu’il prononçait, de mon cœur raviné
Dénouant tout chagrin d’un sourire radieux :
« Le pér’Noël... » Pour lui, j’étais l’homme à la hotte.

2.
Je suis lourdaud, ventru, barbu, un peu pataud,
Vivante image en soi, de ce noble vieillard,
Gravure d’Epinal qui réjouit les gamins,
Leurs nez poisseux, collants, pleins de barbe-à-papa.

Pourtant, jusqu’à ce jour ne m’en aperçu pas,
‒ De telles dignités ont d’étranges chemins,
Je la cueillis alors en ce tendre regard,
Par l’enfance anobli de ce précieux cadeau.

Je ne suis pas docteur en l’honoris causa,
Ni chevalier de l’ordre de la jarretière,
De la légion d’honneur, ou de quelque mérite.

Ma gloire par ceci, à jamais émérite,
Au secret de mon âme est en pleine lumière,
Et je renferme en moi la joie qu’elle causa.

mai 2015

Publié dans Souvenirs

Commenter cet article

LADY MARIANNE 22/12/2015 19:57

très bien dit ! quel talent !!
j'ai apprécié !!
bonne soirée-