En l’onde spirituelle

Publié le par Lionel Droitecour

Joseph Mallord William Turner, (1775-1851), Lever de soleil à Norham Castle

Joseph Mallord William Turner, (1775-1851), Lever de soleil à Norham Castle

J’ai fait de mon sanglot la pulpe de mon rêve,
J’en ai badigeonné l’espoir où je m’élève
Et, sanglé dans le doute, où est ma camisole,
Délavé la nuit bleue d’un geste de parole.

Ainsi dans le silence encombré de mon bruit
Sédiment de ma vie où le malheur n’a bruit,
Mon verbe s’est paré d’une vaine complainte,
Et j’ai muré mon cœur en cette étroite enceinte.

En ma lice de mots, désabusé de vivre,
Je n’étais qu’un idiot embarrassé d’un livre,
À poursuivre, nigaud une étoile fuyante.

Là, barbouillé sans joie dans l’aube murmurante,
De tant d’échos noyés de mon encre virtuelle,
Je ne fus qu’une ébauche en l’onde spirituelle.

avril 2015

Publié dans Spiritualité

Commenter cet article