Mon pays a le cancer

Publié le par Lionel Droitecour

Mon pays a le cancer

Je publie un poème par jour, sur mon blog http://www.lesvieilleslettres.com/ avec une avance de quatre mois environ, ce qui explique qu’il soit déconnecté de l’actualité. Tant mieux, dans le fond, la poésie, après tout, ce n’est qu’un peu de légèreté dans un monde pesant.

J’écris depuis de nombreuses années, mais si je publie sur le web, c’est parce que le cancer me ronge les entrailles, et que je nourris l’espoir qu’il en demeure peut être un jour quelques pages quand je n’y serai plus.

Pari risqué.

Etrange confluence, aujourd’hui, après une élection remportée par l’extrême droite, je me dis que mon pays aussi a le cancer. Et j’entends les commentateurs de tout poils se lamenter : « comment est-ce possible ? »

Dans un corps malade du cancer, la thérapie la plus courante est la chimiothérapie. Il s’agit de tuer la maladie sans tuer le malade, et je suis désormais bien placé pour savoir que le remède est un mal, si tant est qu’il soit une cure.

Pari risqué, certes.

Notre corps social est donc malade et ce depuis de nombreuses années. Il n’y a pas de « causes » à la monté du FN, qui n’est qu’une conséquence.

Conséquence de la trahison des élites, de la prévarication qui règne à tous les échelons d’une société marchandisée par les profiteurs de tous bords.

Le PS a trahi la gauche et jusqu’au mot même de socialisme, qui fut jadis un espoir pour des générations d’ouvriers. Désormais ils s’en sont trouvé un autre.

Pari risqué, sans nul doute.

Mais quand je vois un CRS, place de la république, matraquer un militant pacifiste et pacifique, en visant délibérément les genoux de ce vieillard à barbe blanche, je me dis que le fascisme est déjà au pouvoir, qu’il attend son heure.

À qui la faute, mesdames et messieurs nos représentants du peuple qui ne représentez plus que les intérêts du MEDEF, des lobbyistes et des multinationales auxquels vous vous vendez pour vous assurer une carrière politique longue et prospère ?

Messieurs les ministres qui planquez votre pognon en Suisse ou qui sortez des officines de la Banque Rothschild, mesdames et messieurs les élus régionaux qui vous pavanez aux frais du contribuable, mesdames et messieurs les députés absents des hémicycles de la république, mesdames et messieurs les maires qui faites du clientélisme votre seule intelligence politique ?

Le ver est dans le fruit et le pari est risqué.

Pour perdurer, une démocratie à besoin tout à la fois d’un moteur et d’une énergie. Ce moteur, cette énergie, c’est l’engagement citoyen. Celui d’un peuple.

Cet engagement doit être militant. C’est dans les associations, dans les syndicats et même dans les partis politiques que nous lutterons contre la montée du racisme. Pas devant une télé ni un écran d’ordinateur, dans la solitude rassurante de son quant-à-soi, mais dans le corps social, justement, par la confrontation des idées et des émotions.

Naguère, il y a à peu près un siècle, Georges Clémenceau disait que la guerre est une chose trop sérieuse pour être confiée à des militaires. La vie de la cité plus encore, les professionnels de l’arène médiatique nous le démontrent à l’envie. Qu’avons nous fait de l’héritage des anciens résistants morts pour la liberté, de leurs idéaux de justice sociale et de progrès humain ? D’aucun s’apprêtent à le déposer au pied de gueux issus des décombres haineux de la France de Pétain, travestissant leur xénophobie sous des atours mensongers.

Croire au sursaut des citoyens, à la mobilisation des hommes et des femmes de bonne volonté dans un pays bouclé par un « état d’urgence » est un pari risqué. Mais c’est le seul choix qui me reste.

Quand à élire le représentant d’une droite socialiste ou réactionnaire pour faire barrage à la droite extrême, pas sûr que je puisse.

On m’a déjà suffisamment pris pour un con.

Commenter cet article

Avisferrum 17/12/2015 14:23

"Par contre je ne puis n’empêcher de penser que tu devrais décidément te laisser conduire par ton joli brin de plume."

Ah... Il me semble plutôt que mon brin de plume est bien modeste devant ton talent à manier les mots et à nous enchanter par ta poésie, je te remercie néanmoins d'être si bon public devant mes timides tantes hâtives de coucher mes pensées sur écran - à défaut de papier ! :-)

Avisferrum 14/12/2015 11:18

Ça y est… La grande bouffonnerie des « Régionales » est derrière nous, comme prévu le troupeau a choisi de reconduire ses gardiens habituels, qui se feront un plaisir de continuer à le tondre et lui enlever les dernières bribes de liberté qu’il lui reste.

La plupart des « sans dents » vont d’ailleurs se réveiller avec une légère g… de bois, une vague impression de s’être fait une nouvelle fois rouler, mais ça passera bien vite, la prochaine « émotion » viendra bien assez vite pour les distraire et les hypnotiser à nouveau…

Et puis grâce au désormais fameux « réflexe ripoublicain » on a évité le pire, la victoire d’un parti extrémiste, rien que ça c’est quand même chouette, non ?

Le fait que ce scénario se répète à chaque fois ne semble étrangement pas trop gêner le mouton de base, qui va retrouver en bêlant de contentement son pâturage habituel, sous l’œil attentif des chiens de garde qui veillent au grain.

Le « parti extrémiste » lui aussi ne semble pas trop s’en formaliser, il a parfaitement rempli son rôle de leurre en faisant croire au bétail qu’une alternative est possible et qu’il suffit de commettre un « vote de protestation ». Ses dirigeants vont d’ailleurs être largement récompensés de leur fidèle participation à la mascarade électorale, par des miettes de pouvoir, des strapontins divers et une couverture médiatique sans faille. C’est le « deal », que demander de plus ?

Comment n’avons-nous pas encore compris que le FN fait désormais entièrement partie du système ? Grâce à lui le troupeau vient une nouvelle fois de faire exactement ce qu’on attendait de lui, à savoir acter sa soumission et valider l’autorité des gouvernants.
Sans le leurre « extrémiste » le taux d’abstention atteindrait des records jamais égalés et montrerait clairement l’écœurement des électeurs devant ce simulacre de « liberté »

Du coup nos « bons bergers », garants d’une saine « démoncratie » sont très contents aussi, tout marche comme sur des roulettes !

Certes, leur satisfaction ne doit plus être ce qu’elle était, la masse bêlante est tellement corvéable et prévisible que décidément ça devient trop facile, ce n’est presque plus marrant, mais bon…

Qu’en pensez-vous, au fait, monsieur le candidat « républicain » vous confirmez que ça devient presque un peu trop simple ?

- Ben, on fait avec le « peuple » qu’on a, le Général ne disait-il pas déjà « Les français sont des veaux » ? Et puis ça montre au moins que tous les efforts faits pour le castrer psychiquement et spirituellement fonctionnent, c’est rassurant !
- Pour les futures « présidentielles » vous voyez quoi ?
- Les Présidentielles ? Génial, ça c’est le sommet, qu’est-ce qu’on va s’éclater, des mois de télés, de débats, de sondages, c’est le pied total, comment disent nos djeuns, déjà… je kiffe ! c’est ça ?
- Vous ne craignez pas une victoire du FN, en 2017 ?
- Si, si ! Je suis mort de peur ! (rires)
- Ou un réveil du peuple français ?
- (rires) Oh si, on le craint tous les jours, j’espère qu’on va gagner l’euro de foot en 2016, pour qu’il soit moins brutal ! (éclats de rire) … Ah, c’est bon de rigoler, parfois… Mais là j’ai du boulot, il faut que j’aille constituer mon cabinet…
- Eh bien merci, M l’Elu, n’oubliez pas le papier toilette, dans votre cabinet, on en aura besoin…
- Merci à toi, fidèle électeur, on compte sur toi en 2017 !

Lionel Droitecour 14/12/2015 19:40

Ah, cher avis,
Nous sommes donc sur la même longueur d'onde, comme souvent !
Par contre je ne puis n’empêcher de penser que tu devrais décidément te laisser conduire par ton joli brin de plume.
Tu ferais un excellent dialoguiste !