Au Vieux-Voisin

Publié le par Lionel Droitecour

... Un hameau de quelques foyers / Où la route se finissait ...

... Un hameau de quelques foyers / Où la route se finissait ...

J’aimais aller au Vieux-Voisin,
Chez la douce tante Renée,
Ma marraine et Jo, son mari.
C’était une grande maison

Dans le calme bonheur des jours,
Un hameau de quelques foyers
Où la route se finissait.
Quand je cherche à m’imaginer

Ce que pourrait être la paix
Dans ce monde mécanisé,
Plein de rumeurs, de grondements

Et de moteurs suant leurs huiles ;
Ma mémoire, immanquablement,
Me ramène en ce vieux pays.

mai 2006

Publié dans Souvenirs

Commenter cet article

Avisferrum 27/01/2017 17:50

Plein de tendresse et de nostalgie dans ces souvenirs, très joli poème !