Sous l’aplomb du remord

Publié le par Lionel Droitecour

Wencelaus Hollar (1607-1677), Procession de la danse macabre, détail

Wencelaus Hollar (1607-1677), Procession de la danse macabre, détail

Je ne suis sûr de rien pour ce qui me concerne,
J’avance dans l’obscur où le doute me cerne,
Je ne dis plus « qui suis-je ? », hélas, mais « qu’ai-je été »
Dans ce vide des mots qui fuit le morne été.

Le bilan de mes jours n’est qu’un peu d’encre sèche,
Ma cire, consumée là où fume la mèche
N’éclaira jamais plus qu’une proche lisière.
Non, je n’ai rien connu qui semble une lumière.

Sous les voûtes du temps, où mon pas résonna,
Nul écho ne vit plus ; où ce chœur frissonna,
Jadis en l’harmonie d’une lointaine ivresse,
Il ne reste plus rien, sinon ce qui me blesse.

La nostalgie cultive en moi son vain appeau,
Ma frêle épaule nue, maigre sous l’oripeau,
Grêle, tel l’arbrisseau par-devant les froidures,
Have, tremble et frémit en ses pales épures.

Et ce deuil en ma nuit implore le silence
Au seuil désenchanté de cette humble cadence,
En moi, dans ce macabre, le vif et le mort
Dansent entrelacés sous l’aplomb du remord.

mars 2015

Publié dans Nostalgie

Commenter cet article

Avisferrum 09/01/2016 15:12

Magnifique poème qui évoque à la perfection un de ces moments de nostalgie et de tristesse qu'un être humain peut rencontrer, instant où tout nous semble vain et où nulle lumière ne traverse les ténèbres :

"Sous les voûtes du temps, où mon pas résonna,
Nul écho ne vit plus ; où ce chœur frissonna,
Jadis en l’harmonie d’une lointaine ivresse,
Il ne reste plus rien, sinon ce qui me blesse."

Jusqu'à oublier les joies et les bonheurs passés :

"Non, je n’ai rien connu qui semble une lumière."

Je crois que chaque homme traverse un jour ces contrées sombres, peut-être sont-elles un passage obligé pour qui veut trouver la Lumière véritable, celle qui résiste à l'usure du temps...