Furtive embellie

Publié le par Lionel Droitecour

Étienne de La Boétie, écrivain humaniste et poète français, (1530-1563)

Étienne de La Boétie, écrivain humaniste et poète français, (1530-1563)

Même sans le vouloir, nous sommes le partage,
À cœur ouvert, ou bien à son corps défendant,
Il nous faut accueillir l’autre en un ciel mouvant,
On ne peut exister, reflet dans un miroir.

En la rencontre il est comme un germe d’espoir,
Inabouti, souvent, qui va nous éprouvant,
Puisqu’en chaque parti il n’est de prétendant,
Solitude demeure en notre paquetage.

Mais il est quelquefois un regard qui nous croise,
Et le ciel s’éclaircit d’un rayon de passage,
Sa furtive embellie ourlant l’imprévisible.

Et, dans le doute amer d’un possible voyage
S’invite, court bonheur, dans l’instant qui nous toise,
L’amitié, cet écho fugace, incoercible.

juillet 2015

« Au demeurant, ce que nous appelons ordinairement amis et amitié, ce ne sont qu'accointances et familiarités nouées par quelque occasion ou commodité, par le moyen de laquelle nos âmes s'entretiennent. En l'amitié dont je parle, elles se mêlent et se confondent l'une en l'autre, d'un mélange si universel, qu'elles effacent, et ne retrouvent plus la couture qui les a jointes. Si on me presse de dire pourquoi je l'aimais, je sens que cela ne se peut exprimer qu'en répondant : Parce que c'était lui, parce que c'était moi ».
Michel de Montaigne (1533-1592), Les essais, « De l'amitié »

Wikipedia

Publié dans Amitié

Commenter cet article

Colette B. Evard 11/10/2016 09:14

L'amitié est pour moi un lien qui s'établit au cours d'une longue relation. C'est se comprendre sans mots, c'est échanger librement sans crainte d'un jugement qui ne peut qu'être amical, même s'il doit être critique. C'est reprendre une conversation interrompue par l'éloignement, comme s'il n'avait pas eu lieu, c'est se sentir en harmonie. C'est la rencontre de deux âmes qui se ressemblent, sans autre explication que celle de l'amitié partagée ni attente. L'ami c'est aussi celui qui se confie, ce qui sous-entend la confiance. C'est aussi le partage du rire, des chagrins, des plaisirs, des deuils traversés ensemble ou simplement partagés, c'est vibrer à chaque rencontre et pouvoir se quitter en étant réjouis et reconnaissants du temps passé ensemble. C'est aussi une pensée en l'absence. Et c'est l'expérience que j'ai eu la chance de pouvoir faire quelque fois.

Lionel Droitecour 11/10/2016 10:51

"C'est se comprendre sans mots" dites-vous... Oh combien ! C'est même là le signe de la plus parfaite amitié. J'avais deux oncles qui étaient une vrai paire d'amis. Ils se rendaient visite et passaient de long moments à se taire ensemble, devant une bouteille de gnôle à laquelle ils touchaient à peine...
Partager le silence ainsi que les oiseaux / Dans leur vol... ai-je écrit autre part :
http://www.lesvieilleslettres.com/2016/03/fraternite.html
Merci de vos mots et bonne journée à vous.
Lionel D