Hyène

Publié le par Lionel Droitecour

... Puis notre pauvre cœur, condamné aux morsures du temps, hyène affamée qui rit de nos blessures ...

... Puis notre pauvre cœur, condamné aux morsures du temps, hyène affamée qui rit de nos blessures ...

J’espère bien qu’un jour l’éternité me garde,
Lorsque j’aurais rendu mon souffle, le dernier ;
J’espère bien jamais ne retourner céans :
Ce réel est trop laid à nos remords béants.

Trop de visages gris, de face de carême,
Trop de rictus où la haine tient son emblème,
Et l’enfance meurtrie du rire carnassier
Des forts, qui injurient notre espérance hagarde.

Et tout ce vain théâtre où, amputés d’amour,
Nous gisons dans la farce où s’invente le jour
En sa mole grimace ; échoués sur cette rive,

Désenchantés du mythe où l’être, en vain, dérive.
Puis notre pauvre cœur, condamné aux morsures
Du temps, hyène affamée qui rit de nos blessures.

novembre 2008

Publié dans Le temps

Commenter cet article

Lionel Droitecour 13/02/2016 13:35

J'ai en effet, tu le sais, renoncé, désormais, à toute forme de spiritualités, surtout si l'on cherche à me vendre ds solutions "clés en main", de sagesses qui ont tout compris de ce qu'on à jamais vu advenir.
Maintenant, en novembre 2008, j'avais peut-être encore quelques illusions là-dessus.
D'où une possible ambivalence à ce sujet... Mais quoiqu'il en soit, ambivalent, je serai toujours !

Avisferrum 14/02/2016 12:27

Oui, je connais ton ressenti à ce sujet ! :-)

Je le respecte et en même temps en souris (sans nulle ironie) car à mes yeux tu ne peux absolument pas renoncer à toute spiritualité, étant de nature avant tout spirituelle !

Tu peux renoncer à tout le reste mais pas à ton essence même, mais là aussi je sais fort bien que nos avis divergent et que cette affirmation te parait aussi gratuite que croire en un créateur ! :-)

Pour moi tes poèmes sont indiscutablement une forme de spiritualité, même si tu t'en défends, car ils cherchent (et trouvent parfois) la lumière en ce monde imparfait, nous interpellent sur la nature même de ce dernier et nous révèlent souvent que nos croyances sont des leurres destinés à nous rassurer devant l'inéluctable...

Certes ils n'ont nulle vocation à être un enseignement, ils sont écrits pour la beauté du verbe et de la poésie, mais ils participent à l'éveil des consciences comme pourrait le faire un arbre majestueux : certains en le voyant y trouveront Dieu, d'autres n'y verront qu'un certain nombre de planches, de mètres cubes de bois ou une photo à faire...

Cela ne change rien à la véritable nature de l'arbre.

Avisferrum 13/02/2016 12:58

Beau poème, qui interpelle une fois de plus sur les grandes et essentielles questions : quel est ce monde dans lequel nous vivons ? Pourquoi toutes les créatures doivent-elles y souffrir et mourir ?
Et la plus intrigante d'entre toutes : pourquoi quelque chose en l'homme se cabre-t-il et refuse-il ces faits pourtant inexorables ?

Si nous appartenions entièrement à ce monde tout cela nous semblerait normal, nulle révolte ne poindrait en nous. Notre instinct de survie inné nous pousserait certes à vouloir survivre le plus longtemps possible, mais les interrogations sur la nature de ce monde et le sentiment d'y être étranger ne nous habiteraient pas.

A-t-on déjà vu un poisson se plaindre de l'humidité de son milieu aquatique, un lion décider de devenir végétarien pour ne plus faire souffrir ses proies, un zèbre chercher Dieu ou à comprendre pourquoi il est censé fuir toute sa vie devant ses prédateurs ?

Cette différence ne peut pas s'expliquer par la biologie seule, ou des motifs fallacieux du style "l'homme s'est redressé et a commencé à marcher sur ses pattes arrières pour pouvoir regarder au dessus des hautes herbes" !

Ne pas voir cette différence me semble être fort dommageable, c'est pourquoi les gardiens de notre prison font le maximum pour nous convaincre que finalement nous descendons du singe, qui descendit de l'arbre...etc, etc... jusqu'à la soupe originelle !

Cette soupe je n'en veux plus, et tes poèmes me confortent - certes involontairement - dans ma quête, je t'en remercie ! :-)