Etrange confession

Publié le par Lionel Droitecour

... Le curé, dans la sacristie tripotait les enfants de chœur ...

... Le curé, dans la sacristie tripotait les enfants de chœur ...

« En ce temps on fermait sa gueule ! »
Le regard droit, lèvres pincées,
Sans ciller devant son passé,
À l’improviste il se déballe.

C’est une pente qu’il dévale,
Un seuil ancien, cadenassé,
Dont les larmes sont évincées,
Traces d’une mémoire veule.

« Tous, ils savaient, dans le village,
Le maire, aussi l’instituteur,
Les parents. Ils ne disaient rien,
En ce temps on fermait sa gueule ! »

Comme l’ivraie dessous la meule
À misère il porte son grain.
Pourquoi me livre-t-il son cœur,
Est-ce fraternité de l’âge ?

« Le curé, dans la sacristie
Tripotait les enfants de chœur,
Le jeudi, après catéchisme,
Moi, fissa, je me suis tiré ! »

Il ne paraît pas chaviré,
À son œil, pareil à un prisme,
Un éclat mauvais qui l’écœure,
Et qui jamais ne s’amnistie.

C’est un costaud, un fort en gueule,
De ceux qu’on n’aime pas croiser,
Dont on subit l’humeur malsaine,
Collègue, en un mot, importun.

Et voici que l’autre matin
Il me dévoile ainsi sa peine,
Sans même paraître en causer :
« En ce temps on fermait sa gueule ! »

octobre 2013

Publié dans Résilience

Commenter cet article