Indifférente

Publié le par Lionel Droitecour

Marie Bracquemond (1840-1916), Sous la lampe, détail

Marie Bracquemond (1840-1916), Sous la lampe, détail

Je t'avais apporté un bouquet de fleurs rares,
Que tu n'as pas humées, ni plongées dans le vase ;
Et j'avais composé, de mes rimes, l'extase,
Mais tu ne m'as offert le moindre des regards...

Tu n'as pas apprécié mes fleurs, ni mon poème,
Et je t’ai planté là, avec la rage au cœur,
Haï, un bref instant, pour tuer ma rancœur
En songeant à nouveau à ta bouche que j'aime ;

À ton maintien précieux, impérial et futile...
Ah ! S'il m'était donné de quérir tes amours,
Certes, serais heureux, ma foi, et pour toujours !

Hélas, tu n'as aimé mes fleurs ni mon poème ;
Tu regardais ailleurs, évasive bohème,
Quand je te déclamais mon sonnet inutile.

avril 1991

Publié dans Amour

Commenter cet article

Avisferrum 05/05/2016 18:11

"Oh, my gosch, schocking, indeed !!!"

Euh... je reconnais que ce n'est pas le commentaire le plus éthéré que j'ai laissé en ces lieux de haute poésie, mais il faut bien se lâcher de temps en temps, by Jove !! :-)

Avisferrum 05/05/2016 18:02

Contreflatulencerie :

"Marie Bracquemond,
Ce bien joli nom,
Inspire dare-dard
Mon dit "braquemart" !"

OK, je sors ! :-D

Lionel Droitecour 05/05/2016 18:04

Oh, my gosch, schocking, indeed !!!