L’heure est leurrée

Publié le par Lionel Droitecour

" ... Et elles se sont décrochées, / Ni une ni deux, on filé ..."

" ... Et elles se sont décrochées, / Ni une ni deux, on filé ..."

L’horloge est toute éberluée :
Ses aiguilles se sont tirées !
Elles ont profité — bien fait,
Que le garçon un peu distrait

Qui remontait, ( quelle corvée ! )
Cette relique, antiquité,
Avait laissé entrebâillé
Son hublot rond, navire à quai.

Et elles se sont décrochées,
Ni une ni deux, on filé,
Qu’on en tique, ou taque, outré,
Nul ne sait plus quelle heure il est.

Chronos en reste pétrifié,
Sacrilège ! Il voudrait tonner
Mais ne sait quand faut foudroyer
Celles qu’il ne peut alpaguer !

Car tout est démantibulé,
Les secondes sont épargnées,
Les minutes immunisées !
Heures sans heurs, désarçonnées

Ne savent plus s’il faut sonner,
Ecolières ou écolier,
Seuls se réjouissent, la récré
Enfin, sans cesse, peut durer.

L’Aiguille du midi, vexée,
À tous les vents montre son nez,
Si c’est ainsi, lors, je serai
L’Aiguille de « quelle heure il est ? ».

Mais la dernière heure étonnée,
Ne sachant plus s’il faut passer,
En est si décontenancée
Qu’on en oublie de trépasser.

avril 2016

Publié dans Le temps

Commenter cet article

alain l. 17/05/2016 08:17

Trop jubilatoire ce poème Lionel ... En plus, il parle d'écoliers ... Allez , je reposte dans la seconde !!!
@t ... alain l.