Ultime chapitre

Publié le par Lionel Droitecour

... Semés au vents mauvais mais sommés de paraître ...

... Semés au vents mauvais mais sommés de paraître ...

Sommes hagardes d’individualités
Nous sommes de ce train venant toujours à quai,
Matins sans joie, hymnes grégaires, purgatoire,
Ronronnement des quotidiens inéluctables.

Dans ce dédit passent nos cœurs inconfortables,
En un appel indistinct et comminatoire,
Nausée du jour, habitude comme un hoquet,
Comme un hochet, jouet de nos dualités.

Ainsi notre âme se dédouble pour survivre,
Dispersant à l’encan les germes de son rêve,
Comme fait un enfant du sable sur la grève.

Semés au vents mauvais mais sommés de paraître,
Sommes ce nœud gordien que seule mort délivre,
En l’ultime chapitre, aux portes du connaître.

août 2012

Publié dans Spiritualité

Commenter cet article

Avisferrum 03/06/2016 17:41

"Sommes hagardes d’individualités
Nous sommes de ce train venant toujours à quai,
Matins sans joie, hymnes grégaires, purgatoire,
Ronronnement des quotidiens inéluctables."

Notre société sait si bien nous conforter dans l'illusion que nous sommes de précieuses individualités, dotées d'un libre-arbitre voire de liberté tout court !

Illusion funeste s'il en est, ce que nous appelons notre "individualité" étant la plupart du temps un conditionnement induit, un rôle que nous jouons, pensant naïvement en avoir écrit le scénario...

Dame Camarde viendra en son heure nous rappeler qu'en ce monde notre "liberté" s'arrête net où commence son incommensurable pouvoir !

paspier 31/05/2016 08:56

Sommes-nous en nous abeilles ou bourdons ?
Pour ma part de la somme , je sais être bourdon .
Le bourdon ne comprend pas la ruche où vit l'abeille .
Si pour le miel il faut aussi boire le fiel ... un peu de pollen me suffira .
Il n'y a rien , je crois , de méprisant à être individu plutôt que paraitre en sommes .
Bien sûr cela ne facilite en rien l'existence .
Abeilles et bourdons partagent les mêmes champs de pagailles .