Souvenirs ravivés

Publié le par Lionel Droitecour

... Nous allions dans la joie des rêveries sans nombres ...

... Nous allions dans la joie des rêveries sans nombres ...

Désormais dans l’ennui s’instille la douceur
Certes, le vivre est là qui n’abandonne pas,
Un peu de lassitude est pourtant alanguie
En la rive saumâtre où s’englue mon étrave.

Il n’est plus là, ce flux, quand je faisais le brave,
Naguère, en recherchant en la vague asservie
À mon désir volage, insoucieux des compas,
Dans l’alcôve du jour, l’intrigante consœur.

Nous allions dans la joie des rêveries sans nombres,
Grisés, comme de vins, par le flux des paroles,
Heureux sans le savoir, d’une sève loquace.

Mais l’énergie farouche un jour en nous, s’efface,
Nous reste l’harmonie des lentes paraboles,
Souvenirs ravivés qui colorent les ombres.

mars 2016

Publié dans Le temps

Commenter cet article

Avisferrum 12/06/2016 18:43

"Il ne faut pas offrir de montre aux enfants, ou alors seulement quant l'enfance est morte. Autrefois, la tocante était le cadeau de première communion, symbole de l'entrée dans le temps des adultes..."

De ce coté on a beaucoup progressé, aujourd'hui c'est le smartphone ou la tablette dès que l'enfant est en âge de tripoter un écran...
La dernière fois j'ai cru halluciner dans un bus en voyant une poussette avec un enfant en bas-âge tenant une tablette, il devait encore ch... dans ses couches (j'exagère à peine) et avait déjà une tablette, et pas un truc pour enfant avec deux boutons, une vraie !

Je ne sais pas ce qu'il regardait, peut être une pub pour Pampers ? :-D

Ah, tablette et bits...

Avisferrum 12/06/2016 15:26

Joli poème, teinté de nostalgie...

"Nous allions dans la joie des rêveries sans nombres,
Grisés, comme de vins, par le flux des paroles,
Heureux sans le savoir, d’une sève loquace."

Il est vrai que le bonheur est la plupart du temps inconscient, dès lors qu'on dit ou pense "je suis heureux" il est probable que cet état arrive à son terme ou est déjà achevé, car le "je" a repris les rênes...

Quelqu'un a dit un jour "le vrai bonheur est lorsque le "moi" n'est pas", je ne suis pas loin de partager cette pensée...

Lionel Droitecour 12/06/2016 15:37

C'est un peu comme quand, au cinéma ou au spectacle, on ressent le besoin de regarder sa montre... Si le temps recommence à nous faire sentir sa dictature, c'est que le moment est mort.
Les petits enfants se moquent du temps, il n'existe pas pour eux, sans doute est-ce pour cela qu'ils sont sans la plénitude de leur bonheur enfantin.
Il ne faut pas offrir de montre aux enfants, ou alors seulement quant l'enfance est morte. Autrefois, la tocante était le cadeau de première communion, symbole de l'entrée dans le temps des adultes...