Propos

Publié le par Lionel Droitecour

Propos

« Bonjou d’bonjou », sacrait pépé
Je le regardais, occupé
À fendre un bois récalcitrant
Jurant patois entre ses dents.

On f’ra quèchos’ de toi, mon gars
Si les petits cochons t’mangent pas…
Et « Veune, veune » en haut du champ
Criait bien fort ma grand-maman

Pour ameuter, mornes, les vaches.
Et dessous sa fine moustache
Mon oncle souriait souvent
Se moquant d’un ton bon enfant.

« C’est encore un qu’y zauront pas
Les Boches ! » Souriant, papa
Vidait son verre « Tiens, cul sec ! »
« Y faudrait lui clouer le bec

À cet oiseau d’mauvais augure,
L’ pendr’ par les couill’s non mais j’te jur’
Jusqu’à c’ qu’y sèch  c’t’abruti là ! »
Et moi j’écoutais tout cela…

Mon dictionnaire de nature
Où passaient parfois des injures,
Ma grammaire du fil du temps
Que j’ai apprise à mes parents

Et qui m’a fait tel que je suis.
Académicien de leur vie
Je rappelle ces voix anciennes
Dont les échos troublent la mienne.

En ce lexique où je m’esseule
Je les retrouve, fort en gueule,
Intacts, aux sources de mémoire
Aux souvenirs où je vais boire.

mai 2007

Publié dans Souvenirs

Commenter cet article