Couronnement

Publié le par Lionel Droitecour

... L’enfance vibrionne, festonne, baroque, / Les échos ravivés de nos heures premières ...

... L’enfance vibrionne, festonne, baroque, / Les échos ravivés de nos heures premières ...

Je contemple l’enfance un peu comme la mer,
Quand le regard aigu des filles, des garçons,
Des petits cœurs tout droits et des âmes qu’ils ont,
Questionnent dans l'azur l’horizon qui se perd.

Car l’enfance, marée sans fin recommencée,
S’en vient battre à jamais la rive qu'elle élude,
Sans cesse, qui bouscule, élan, notre âme prude,
Telle vieille cité soudain ensemencée.

L’enfance vibrionne, festonne, baroque,
Et dans nos cœurs blasés ré-enchante vermeils,
Les échos ravivés de nos heures premières.

Puis, comme l’océan qui brasse cent lumières,
L’enfance au firmament embrasse maints soleils
Pour ceindre, dans l’espace, notre ancienne défroque.

Lionel, 3 mars 2011

Publié dans Enfance

Commenter cet article