En l’exil de ta vie

Publié le par Lionel Droitecour

... Qu’importe la victoire au lutteur assidu, / Le mal, toujours, remet son injuste couvert ...

... Qu’importe la victoire au lutteur assidu, / Le mal, toujours, remet son injuste couvert ...

Voici : j’ai bataillé dans l’arène des mots.
L’arrogant s’y exprime avec autorité,
Comparse du puissant, il aboie, ce servile,
Et se love, importun, dans la niche où il sert.

J’ai donné de la voix dans l’impudent concert,
Aux triviales issues combattu l’âme vile,
Outragé du déni de l’humble vérité
Par le veule et le couard, qui sont frères jumeaux.

De cœur droit, j’ai lutté, quand même j’ai perdu
Qu’importe la victoire au lutteur assidu,
Le mal, toujours, remet son injuste couvert.

Allons, vieux combattant qui connût les revers,
En l’exil de ta vie, au moins, demeurer digne,
À tes mânes, mon père, est mon espoir insigne.

juin 2012

Publié dans Autobiographie

Commenter cet article

Avisferrum 08/10/2016 10:58

Je l'avais loupé, celui-là, très beau !

L'ami Damiax fait bien de souligner ce magnifique passage sans y apporter de commentaire, ce qui est on ne peut plus juste, mais tu connait le babil de l'oiseau ferrugineux, qui ne peut s'empêcher d'ajouter sa note souvent inutile dans ce qui était parfait en soi ! :-)

Je dirais donc : qu'as-tu perdu et qu'il y avait-il à gagner...? Des idées, des convictions, certes nobles et respectables, mais tout cela n'est qu'une brise passagère qui vient troubler le silence insondable et serein de notre être véritable...

"J'ai vu tout ce qui se fait sous le soleil; et voici, tout n'est que vanité et poursuite du vent" ...

damiax 15/09/2016 11:52

"De cœur droit, j’ai lutté, quand même j’ai perdu
Qu’importe la victoire au lutteur assidu,"
No comment ... ça c'est classe ! ;)