Fils à papa

Publié le par Lionel Droitecour

… Et mon ode, en cela, n’en devint aigrelette. Et puis un jour viendra, pour la muse en goguette …

… Et mon ode, en cela, n’en devint aigrelette. Et puis un jour viendra, pour la muse en goguette …

Pas un rond, un radis, pas le moindre kopeck…
Oh certes, ce qu’il faut pour vivre décemment,
Et payer à l’impôt la somme rondelette,
Celle qui m’a manquée pour publier mon livre.

Mais du poème, non, n’espérez point en vivre.
La banque pour cela, ou le jeu de roulette,
Sont des moyens plus sûrs pour, confortablement,
Voir gonfler sa fortune plutôt que rester sec.

Bien que fils à papa, ce ne fut pas le bon,
Le diable par la queue, et crouter d’un crouton
Devant la fin du mois j’en connu la pratique.

Allons, point de regret, ce ne fut point tragique
Et mon ode, en cela, n’en devint aigrelette.
Et puis un jour viendra, pour la muse en goguette…

mai 2016

Publié dans Autobiographie

Commenter cet article

alain l. 05/09/2016 08:55

Beau poème ... Et belles illustrations ... Oui Lionel , un jour viendra pour la muse en goguette ... Je reposte ...

@t

alain