Morne friche

Publié le par Lionel Droitecour

... Au passeur il faudra payer, / Poète, et songe à monnayer / Ton tribut sur ta langue morte ...

... Au passeur il faudra payer, / Poète, et songe à monnayer / Ton tribut sur ta langue morte ...

Orphée implorant Eurydice,
Un mot est une cicatrice,
La page blanche un Achéron
Où veille l’éternel Caron.

Au passeur il faudra payer,
Poète, et songe à monnayer
Ton tribut sur ta langue morte,
Avant que la vague t’emporte.

En ta lyre, une ode, défroque,
Rime pauvre ou bien rime riche ;
Au revers de ton verbe troque

Une strophe ou un hémistiche,
Avant que la mort ne t’escroque,
Et fige ton cœur, morne friche.

janvier 2011

Publié dans Spiritualité

Commenter cet article