Stase en un ciel béant

Publié le par Lionel Droitecour

... Que sommes nous, sinon qu’une brève envolée, / Poussière agglomérée, stase en un ciel béant ...

... Que sommes nous, sinon qu’une brève envolée, / Poussière agglomérée, stase en un ciel béant ...

Je marche chaque jour sur une même écharde.
Ma douleur est aigüe mais j’y suis habitué,
J’avance sans boiter, je fais bonne figure,
Et je donne le change à qui veut m’en conter.

Une lame est en moi, ne cessant de monter,
À sourire toujours pour cacher ma brisure
Il me semble parfois être destitué,
Lorsqu’un écho, soudain, m’échappe par mégarde.

Je me sauve, sincère, en l’exploit de la muse,
Elle est l’huissier bavard où je porte mes sens,
Il en peut être ainsi car nul ne lit ces vers,
Et j’y suis tout entier celé à ciel ouvert.

Voyez mon ambitus à jamais découvert,
Je suis nu désormais sous le vaste univers,
En ma férule il n’est de voile ni de cens,
Mais je suis à l’abri dans ma modeste ruse.

Pourtant je souffre encore, induit dans le silence,
Taiseux dans mon discours, si’ j’avoue l’essentiel,
Je garde au fond de moi inscrite la part d’ombre,
Je sais, lové ici le fond de mon mystère.

Mais j’en garde l’aplomb à rime délétère
Et je manie le verbe ainsi qu’on fait du nombre,
Je crypte à ma façon ce dol existentiel
Et vous laisse un écho pour peupler mon absence.

Car je suis tout entier brisé de solitude,
Elle est l’amère rive où vient battre ma foi,
Jamais je n’ai trouvé de voix pour me répondre
Et je doute jamais d’entendre sa rumeur.

Nous sommes tout entier construit de cet humeur,
L’unicité d’un cœur à rien ne peut s’appondre,
Aimer même est un leurre et mène au désarroi,
Il n’est qu’un horizon, au vrai, qui nous élude.

Et le vide peut-être, en nous qui nous arrime,
Cette stance éternelle attelée au néant,
Ce verbe enfin qui nait d’une chair affolée
Pour désigner le monde ainsi qu’une défaite.

Portion particulaire et conscience imparfaite,
Que sommes nous, sinon qu’une brève envolée,
Poussière agglomérée, stase en un ciel béant,
Unité, dans l’instant d’un rêve et d’une rime ?

juillet 2013

Publié dans Autobiographie

Commenter cet article