Assad

Publié le par Lionel Droitecour

... Au dictateur syrien qui promulgue l’effroi ...

... Au dictateur syrien qui promulgue l’effroi ...

Au salaud triomphant qui domine la terre
Qui, d’un archet sanglant, ses musiques funèbres
Entonne, l’arrogant, où le meurtre est sa loi
;

Au dictateur syrien qui promulgue l’effroi,
Malédiction d’un peuple encerclé de ténèbres
Et qui fuit vers l’exil et sa mortelle serre
;

Je dédie cet opus, impuissante resserre,
Verbiage désarmé d’inutiles algèbres
À dénombrer les morts du tyran aux aboi
s.

mai 2016

Publié dans Citoyen

Commenter cet article

Avisferrum 15/09/2016 19:11

Un grand plaisir de vous voir réunis en ces lieux virtuels, chers camarades ! :-)

Bon, qu'on se le dise d'emblée : je n'ai aucune sympathie pour M. Assad, je ne le fréquente pas et ne me réveille pas la nuit en gueulant "Heil Assad" !

Le problème est seulement que tant qu'on ne verra pas comment fonctionne notre monde on se laissera berner par les élites sataniques qui nous gouvernent et leurs porte-paroles, nos "merdias" !

Il ne s'agit pas de faire de la géopolitique, cher Lionel, mais ne plus se faire enfumer par cette engeance !

Tu dis : "Je me rappelle les touts premiers moments des printemps arabes, lorsque de vertueux et courageux citoyens ont tenté de revendiquer pacifiquement une évolution démocratique du régime Syrien"
Tu y étais ? Tu as parlé à ces vertueux et courageux citoyens, ou les a juste vu à la TV ou dans les journaux, maîtres de l'imposture ?
Moi je connais un collègue syndicaliste qui était en Lybie avant la chute de Kadhafi, il a été fort surpris de l'aisance et du bien-être qu'il y a vu, s'il y retournait maintenant je crois qu'il tomberait des nues !

"La seule et immédiate réponse du pouvoir Syrien fut alors le meurtre et le massacre, la torture infligée à des gamins de treize ans battus, torturés, violés, castrés, assassinés..."
Idem, tu as vu qui a largué les bombes, tiré dans le tas ? Tu es sûr que les images montrées correspondaient bien à l'évènement décrit ? Ces méthodes ressemblent bien plus à celles de mercenaires pseudo-islamistes aux solde de "l'Empire" qu'à celles d'une armée régulière, fût-elle syrienne...

"Je me moque bien de connaitre les évolutions du "dossier Syrien" comme disent les pontifiants imbéciles qui nous expliquent par a + b, dans le poste, ce à quoi il n'ont rien compris."
Certains peut-être correspondent à ta description, il y a toujours des idiots utiles, mais d'autres ont très bien compris, ne t'en fais pas, ils savent très bien quoi dire pour faire avancer le plan, ou simplement rester à leurs postes et faire carrière comme "journaliste" ou "expert"

" Je ne fait pas de géopolitique, j'en serai bien incapable, il ne me reste que l'indignation et le désespoir de vivre dans ce monde pourri jusqu'à la moelle au milieu de mes contemporains pour la plupart indifférents à tout ce qui n'est pas leur gamelle."
J'en suis au même stade concernant ce monde, mais je refuse désormais de croire ce qu'on me demande de croire, de haïr qui on me demande de haïr... Marre d'être pris pour un con, de m'indigner sur commande, c'est ça qu'ils veulent, ces enfoirés, créer des ennemis ou des crises pour nous détourner de leur objectif : faire de nous des esclaves dociles et consentants et éliminer tous ceux qui s'opposent à leurs plans.

Les dirigeants de Tunisie, d'Irak, de Lybie étaient de ceux-là. La Syrie aussi, ainsi que l'Iran.
Pour combien de temps encore ?

Il ne s'agit pas de devenir paranos, mais de se réveiller, ne plus se laisser hypnotiser par les images et la voix du système, apprendre à penser à nouveau par nous-mêmes.

En tant qu'amateur de bons romans policiers une question essentielle me revient toujours : à qui profite le crime ? Y répondre est un premier pas vers la Vérité.

Avisferrum 13/09/2016 12:13

Toujours à prendre le parti du faible et de l'opprimé, c'est bien, cher ami !

Prends néanmoins le temps de te renseigner un peu sur ce conflit en dehors des "merdias" habituels, cette claque journalistique qui est un simple outil de propagande...

Je suis toujours étonné que même des hommes de ta trempe, qui pourtant connaissent la profondeur de la perversité et de la corruption de nos "élites" prêtent encore foi à ces bobards.
Irak, Lybie, Syrie, toujours le même scénario et pour quels résultats !!

Les "salauds triomphants" ne sont pas toujours là où on pense.

Lionel Droitecour 15/09/2016 12:12

Je me rappelle les touts premiers moments des printemps arabes, lorsque de vertueux et courageux citoyens ont tenté de revendiquer pacifiquement une évolution démocratique du régime Syrien.
Moment impensable où un dictateur aurait pu faire ce choix et rentrer dans l'histoire comme un homme de bien.
Utopie. La seule et immédiate réponse du pouvoir Syrien fut alors le meurtre et le massacre, la torture infligée à des gamins de treize ans battus, torturés, violés, castrés, assassinés...
Je me moque bien de connaitre les évolutions du "dossier Syrien" comme disent les pontifiants imbéciles qui nous expliquent par a + b, dans le poste, ce à quoi il n'ont rien compris.
C'est en mémoire de cette enfance massacrée, de tous les réfugiés noyés que ce poème a été écrit. Je ne fait pas de géopolitique, j'en serai bien incapable, il ne me reste que l'indignation et le désespoir de vivre dans ce monde pourri jusqu'à la moelle au milieu de mes contemporains pour la plupart indifférents à tout ce qui n'est pas leur gamelle.
Et je vous renvoie à maître Victor Hugo et à son poème "l'enfant grec"

damiax 15/09/2016 11:44

Oui certes, la, les propagandes battent leur plein dans ces problématiques géopolitiques internationales ... Mais malgré ça, le père Assad c'est quand même pas un enfant de cœur .... !