Futur sombre

Publié le par Lionel Droitecour

…Je ne suis déjà plus, consumé en la flamme,/Qu’un éclair passager dans la nuit de l’errance…

…Je ne suis déjà plus, consumé en la flamme,/Qu’un éclair passager dans la nuit de l’errance…

Cela me sert parfois, à refermer ma porte ;
Je n’ai plus tant de temps pour le dilapider.
Je dis «  j’ai le cancer » et les gens restent cois,
Surtout les importuns, les marchands d’inutile.

Et je retourne voir la muse versatile,
Qui me fait oublier cette impossible croix,
Cette mort en ma chair en train d’invalider
Le délai que j’avais avant qu’elle m’emporte.

Je me sens raccourci de toutes mes idées,
Je n’ose plus penser au lendemain du jour,
Je vis, c’est déjà ça et l’instant dure assez
S’il conduit mon présent pour un moment encore.

J’enlumine de mots la page qui pérore,
Me lirez-vous jamais, vous, ombres qui passez,
Silhouettes éparses dans mon contrejour,
De la nocturne instance inertes affidées ?

Je n’étais rien de plus, parmi vous qu’une autre ombre,
Je me suis contenté, bien souvent, de rêver,
Mais notre esprit sait-il bien faire différence,
Entre le souvenir et le songe, en notre âme ?

Je ne suis déjà plus, consumé en la flamme,
Qu’un éclair passager dans la nuit de l’errance,
L’heure n’est plus, enfin, où je vais m’élever,
L’obscur est la tanière de mon futur sombre.

Mais je rirai, bien sûr, à m’en trouer la gorge,
Par bravade, par goût, pour teinter le néant,
L’angoisse n’est qu’un lieu que je n’habite pas,
Et la danse macabre vaut une bourrée.

Mais de chaque seconde, extase savourée,
J’apprête en ma cuisine un plantureux repas,
Demain est assez loin pour un bonheur, céans,
De cette algèbre là je fourbirai ma forge.

octobre 2015

Publié dans Fongus

Commenter cet article

Avisferrum 19/09/2016 12:09

Très beau et poignant poème, cher ami, une fois de plus de simples mots nous permettent de ressentir toute la souffrance de l'être humain devant la maladie et l'impermanence...

Je me demande souvent comment nos organismes physiques, qui existent à peine selon la science tant ils sont composés quasi exclusivement de vide, peuvent tellement nous faire souffrir... et ce qu'est véritablement cette conscience qui dit "je souffre".

Mais ces interrogations sembleront probablement saugrenues à celui qui éprouve la douleur dans sa chair, finalement chacun doit trouver sa propre rédemption, la tienne est dans la poésie, la musique, qui te permettent de transcender l'oppressante matière et à ton humble lecteur d'entrevoir l'ombre mais aussi l'éclatante Lumière derrière la façade illusoire de nos vies...