Mensongères livrées

Publié le par Lionel Droitecour

Luca Giordano (1634-1705), Le retour de Perséphone, détail

Luca Giordano (1634-1705), Le retour de Perséphone, détail

Creuse harmonie de la parole,
Les mots nous masquent notre rôle,
Levée de gestes incertains,
Dédales vains de nos matins.

Et l’on dégoise, fanfaronne,
Sous le regard de Perséphone,
On avance où le jour décroit,
Sans bien savoir ce que l’on croit.

Mais notre seule certitude,
Hélas est celle qu’on élude !
Et tandis qu’elle nous rejoint

On compte chaque jour de moins,
Aux livrées de notre amertume,
Mensongères, comme la brume.

novembre 2015

Publié dans Fongus

Commenter cet article