Passereau

Publié le par Lionel Droitecour

Albert Hartweg, Appel de lumière, aquarelle (détail)

Albert Hartweg, Appel de lumière, aquarelle (détail)

Un peu de moi offert au seuil du néant bleu
En ces parures d’ombre où nait la blonde aurore,
Un peu d’éternité rêvée sous la lisière
Où l’horizon, chimère, inscrit son liseré.

Je ne suis rien de plus que ce miserere,
Cette plainte au déchant d’une informe prière,
La vague liturgie d’un athée qui pérore
Enivré d’un serment qui jamais ne le comble.

Et l’azur morne passe, morne passereau,
D’une plume légère ouvrageant l’oripeau
Que ton doute suggère en ta course sans but.

Tout au plus un peu d’eau sous ton œil qui s’embue,
Un cri figé dans l’onde un instant seulement,
Qui griffe l’air, inerte, au seuil du firmament.

avril 2012

Publié dans Sensation

Commenter cet article

Avisferrum 30/10/2016 20:38

Beau texte et belle aquarelle de l'ami Albert, grand artiste, lui aussi...
Pour rappel son site : http://albert.hartweg.over-blog.com/