Séparés

Publié le par Lionel Droitecour

... Et, vaincus par l’instant, nos êtres de distance, Malgré nous séparés ...

... Et, vaincus par l’instant, nos êtres de distance, Malgré nous séparés ...

C’était un horizon de lentes perspectives,
Une sourde frontière et le ciel inspirait,
Latente, cette source où l’attente gisait
En l’entre-deux songeur de nos proses lascives.

Notre corps adultère épiait la décrue
Des brûlantes ardeurs où le désir s’élude,
En cet apaisement qui fait notre hébétude.
Nous avions le cœur lourd et guettions sa battue,

Percussion primitive en nos poitrines nues
Qui rythme des amours les âpres envolées,
Dans cette courte épure où vont nos apogées.

Et, vaincus par l’instant, nos êtres de distance,
Malgré nous séparés, reprenaient leur instance,
En cette solitude où l’âme, enfin, s’englue.

octobre 2006

Publié dans Amour

Commenter cet article