Silencieux oublis

Publié le par Lionel Droitecour

... Le temps est achevé des années où l’on rêve ...

... Le temps est achevé des années où l’on rêve ...

Auprès de la croisée un vieil homme soupire.
Il a le cheveu rare et sa santé décline,
Il regarde sa vie comme un champ de décombres
Et il ne chante plus, comme jadis, joyeux.

Son avenir est tel sont les nuées aux cieux,
Lourde chape de plomb où s’avancent des ombres ;
Certes, la nuit, bientôt, où le doux soir incline,
Va dissoudre sa voix, effacer son sourire.

Ce vieil homme c’est moi, faut-il que je le dise,
Le temps est achevé des années où l’on rêve,
Je n’ai pour ambitus, au seuil de solitude,
Qu’un vieux lot d’habitudes, prorogées en vain.

Je ne suis devenu ce prolixe écrivain,
Ce poète radieux, et nulle certitude
En moi que cet échec, échoué sur ma grève,
Aux pavois incertains où le jour s’éternise.

Je demeure, c’est tout. En l’heure du chablis,
Tantôt, je m’abattrai en la forêt du doute,
Où j’ai tant de taillis et tant de fondrières,
Où, dans l’inaccompli, battra mon glas funèbre.

Là j’aurai eu ma part en la froide ténèbre,
Embourbé à jamais aux futiles ornières,
Perdu en l’infini latent de ma déroute,
Et déjà englué de silencieux oublis.

février 2015

Publié dans Autobiographie

Commenter cet article

damiax 10/10/2016 08:54

" (...) Je ne suis devenu ce prolixe écrivain,
Ce poète radieux, (...)"
Ben si l'ami !!!!

Avisferrum 08/10/2016 11:24

Magnifique, ce poème, je partage entièrement l'avis d'Alain !

Ta vie n'est certainement pas un champ de décombres, cher ami, et même à supposer qu'elle le fut il y a dans ce champ une fleur magnifique et chatoyante qui nous charme jour après jour de sa beauté et sa grâce !

Pour le promeneur qui vient flâner sur tes terres, il suffit de respirer son parfum pour que les décombres s'évanouissent, car de tout temps elles n'ont été qu'une illusion fugace, fantôme qui s'évanouit aux premiers rayons de l'aube...

Evy 06/10/2016 13:44

Bonjour Lionel quel beau pème qui vas droit au coeur je me suis inscrite pour te suivre je fais aussi des défis chaque semaine c'est sympa pour en être informer faut juste s'inscrire à mon blog bonne journée au plaisir Evy

alain l. 06/10/2016 08:04

" Je ne suis devenu ce prolixe écrivain,
Ce poète radieux, et nulle certitude
En moi que cet échec, échoué sur ma grève,
Aux pavois incertains où le jour s’éternise."

Non Lionel ... Il y a au moins une chose dont tu ne dois pas douter ...Tu es un Vrai Poète ... Un Magnifique Poète ...

@micalement

alain