Pour les impécunieux

Publié le par Lionel Droitecour

... Oyez, oyez, passants, voici mes broderies ...

... Oyez, oyez, passants, voici mes broderies ...

Il est en ma boutique un vrai capharnaüm
Un souk, un bric-à-brac et un sacré foutoir,
De mes noires idées le parfait dépotoir,
Un repoussoir sans nom où se perd mon barnum.

Branlant échafaudage de rimes douteuses,
Fatras amphigourique en vagues charabias,
De mon âme retorse le galimatias
Empli de maints poncifs et de phrases verbeuses.

Les pratiques s’enfuient de mes rayons poudreux
Nul chaland ne consulte en ces lieux nul volume,
Je solde mes émois en veules braderies.

« Oyez, oyez, passants, voici mes broderies,
Les dentelles de mots surannés que j’exhume,
Tirages épuisés pour les impécunieux ! »

août 2015

Publié dans Art poétique

Commenter cet article

Avisferrum 14/11/2016 19:41

Grâce à ce poème j'ai découvert le terme "impécunieux", que je ne connaissais point...

J'aime bien la dernière citation dans la définition donné sur le site cnrtl.fr :

"Littér. Qui manque d'argent. L'homme impécunieux Pour attirer l'argent devient ingénieux (Pommier, Colères,1844, p. 99).Le morne troupeau, inactif et impécunieux, des fonctionnaires à la retraite (Tharaud, Paris-Saïgon,1932, p. 239)."

Bientôt j'en ferai partie ! :-D