Rente d’insanités

Publié le par Lionel Droitecour

Maximilian Schreck (1879-1936), dans le rôle d'Harpagon

Maximilian Schreck (1879-1936), dans le rôle d'Harpagon

Le moyen d’être gai dans cette fraude immense ?
La faillite s’installe et le mal est à l’œuvre,
Le crime épanoui prospère dans sa ganse
Et l’injustice règne et règle la manœuvre.

Le peuple peut souffrir où le pillard est roi,
Son auxiliaire ardent repus comme un marchand
Compte son bénéfice et se plaint par surcroit,
Qui empile son or, avare, en se cachant.

Dans la chambre d’écho des médias insolents
La parade des gueux exulte sa rengaine
Et de faux histrions, veules et indolents,
Barbouillent le parterre avili par sa chaine.

Et cette morne fête aux criardes rumeurs
Trempe sa pacotille au lac des vanités,
Tout n’est que faux semblant et l’innocence meurt,
Déguisée de bobards, rente d’insanités.

septembre 2013

Publié dans Citoyen

Commenter cet article