Fêtes de l’esprit

Publié le par Lionel Droitecour

... Voyez, dans les rébus étranges des portées ...

... Voyez, dans les rébus étranges des portées ...

J’envie les musiciens qui s’en vont festoyer
Aux tables d’harmonie. Pour eux, point de cartons,
De phrases ampoulées, de luxueux programmes.
Au matin en tricot, pieds nus dans leurs savates

Un mégot à la lèvre ils hantent les sonates,
Préludes, inventions, où simplement des gammes,
Qu’importe, en la musique ils ne sont avortons,
Au royaume de l’art ils savent s’employer.

Voyez, dans les rébus étranges des portées,
Comme ils cueillent ce fruit que la musique adore,
Décombres des savants arcanes du silence.

Et, de cet artefact, ils font une évidence
La fête de l’esprit renaissant à l’aurore
Mânes d’un dieu offert aux stases exhortées.

mai 2016

Publié dans Musique

Commenter cet article