Contrées factices

Publié le par Lionel Droitecour

... Hélas la nuit couvre mes ors ...

... Hélas la nuit couvre mes ors ...

Moi, je voyage dans ma tête,
En mon âme est une allumette ;
Y sont toutes mèches factices
Où paradent mes artifices.

Aux trames des fuseaux horaires
Vont mes errances solitaires,
En ma lisière immobile
Je fais de ma plume un mobile.

Et mon songe va visitant
Contrées que narre en hésitant
Pour ne pas taire mes trésors.

Hélas la nuit couvre mes ors
Et nul ne sait le vain sésame
Qui déverrouille mon calame.

novembre 2012

Publié dans Art poétique

Commenter cet article