Fils de l’obscurité

Publié le par Lionel Droitecour

Fernando António Nogueira Pessoa (1888-1935)

Fernando António Nogueira Pessoa (1888-1935)

Car tout auteur de l’ombre n’est qu’ombre d’auteur…
Crier dans un désert d’affreuse solitude,
Est pareil au silencieux seuil de l’hébétude,
Tel un chant qui se perd en un bruit de moteur.

Oyez le pauvre accord du corps pusillanime,
Là, seul en son estrade environnée de vide,
Il n’est qu’un pâle estran dessous un ciel livide,
Une vague au jusant où plus rien ne s’anime.

Sinon qu’en ce ressac, ultime et veule instance,
Un peu de sable enfin comme gouttes du temps,
Guenilles de secondes, misérable stance.

Car tout auteur de l’ombre est ombre, en vérité ;
Nulle clarté jamais aux vers inconsistants
Du poète disert, fils de l’obscurité.

juin 2016

Publié dans Art poétique

Commenter cet article