Morte aiguille

Publié le par Lionel Droitecour

... Je sens une marée de désespoir diffus / Etreinte dans mon âme éconduite et lassée ...

... Je sens une marée de désespoir diffus / Etreinte dans mon âme éconduite et lassée ...

Altérité diffuse au chemin du passé,
Je retrouve des lieux que je ne connais plus,
Les sentes d’autrefois sont un regard perdu,
J’erre, réminiscent, amer et compassé.

C’est moi-même pourtant, et dans le même flux,
Je suis ce que j’étais, mille fois ressassé,
Cependant mon cœur muet, comme cadenassé,
Désormais parait gourd, déplacé, superflu.

Je sens une marée de désespoir diffus
Etreinte dans mon âme éconduite et lassée,
Incertain je demeure en mon remords confus.

Et mon âme étrangère, percluse, harassée,
S’en revient déboutée des instants du reflux :
Morte aiguille au cadran de l’horloge cassée.

avril 2012

Publié dans Nostalgie

Commenter cet article

Avisferrum 15/01/2017 16:02

Beau poème, j'aime beaucoup, merci !