Un ris s’en vient d’éclore

Publié le par Lionel Droitecour

... Allons, d’un pas de plus, traçons, ultime jeu, / Une improbable sente où mon cœur s’encorbelle ...

... Allons, d’un pas de plus, traçons, ultime jeu, / Une improbable sente où mon cœur s’encorbelle ...

Puisqu’il faut que j’attende, en la tombée du jour
Sans trop savoir enfin si demain sera là,
Si l’avenir prospère au rebours de la nuit,
Si l’achéron frémit où Caron tient sa barque,

Allons, grave ma vie, en ce lieu, quelque marque.
Puisque je loge encore en ma livrée d’ennui,
Accaparé du songe vain de l’au-delà ;
Puisqu’en la chair troublée de ce corps las et gourd

S’avance une menace obscure et solennelle
Allons, d’un pas de plus, traçons, ultime, jeu
Une improbable sente où mon cœur s’encorbelle.

Un ris s’en vient, tantôt, d’éclore à ma fenêtre,
Il demeure dans l’onde, à ma lèvre, un enjeu,
À ma voix déclinante une seconde à naître.

juillet 2015

Publié dans Fongus

Commenter cet article

Avisferrum 04/01/2017 17:25

Premier janvier, une "nouvelle année" s'annonce, comme si le fait d'ajouter une unité à une date changeait quoi que ce soit...

Mais même si je sais que tous nos vœux et résolutions ne changeront pas grand chose, je tiens quand même à te souhaiter le meilleur, cher ami, te remercier une fois encore de nous faire partager ta poésie et tes découvertes en ces lieux virtuels.

Bon courage, garde le cap !

Le Glaude

Lionel Droitecour 05/01/2017 23:57

" ... C'est un roc, c'est un pic, c'est un cap," disait Cyrano. Le Cap de Bonne Espérance, à tout le moins. Ainsi, mon cher ami, ne désarmerons nous pas face au camarade camarde qui nous canarde, et marde alors ! lui dirons nous de concert à ce cancer, quand il nous serre de trop près...